Vous êtes ici : Accueil

Bienvenue à toutes et à tous

juin 30, 2017

L'ÎLE-DE-FRANCE FÊTE LE SQUASH


 

Catégorie : Actualité
Posté par : jelhaik

Le critérium Île-de-France, c'est 170 équipes engagées et plus de 7000 matches disputés pendant la saison. Autrement dit, la plus grosse manifestation autour du squash sur le territoire, et une véritable institution pour ses participants. Jeudi soir, la Ligue Île-de-France avait convié ses membres au Stade Français pour la la Fête du Squash, traditionnel rendez-vous de clôture de la la saison sportive. Morceaux choisis, en texte et en images.

Le Stade Français reçoit. Après Vincennes l'an dernier, c'était au tour du club du 16ème arrondissement de recevoir la Fête du Squash, dans ses installations du complexe omnisports Géo André. « En compagnie d'Hubert Krafft, trésorier historique de la section et du secrétaire général Alec Maurey, on tente de redynamiser l'association depuis quelques mois, notamment en ayant organisé plusieurs tournois, » raconte la nouvelle présidente Caroline Grangeon, également membre du comité directeur de la Fédération. « Ce n'est pas facile car on a toujours au-dessus de la tête la menace de la fermeture du club, avec entres autres raisons le rachat par le Qatar, » continue la n°16 française. « On a donc seulement une visibilité à un an, mais ça ne nous empêche de travailler, avec notamment la récente rénovation des locaux. Personnellement, je suis ici depuis 10 ans. Le Stade Français, c'est mon club et je ne me vois pas aller ailleurs ! Nos valeurs ? Ce sont les mêmes que celles prônées par la Fédération : c'est à dire travailler à la fois sur les jeunes, le squash féminin et le haut niveau. »

Une photo présidentielle avec de gauche à droite, François Prince (Ligue Île-de-France), Caroline Grangeon (Stade Français) et Jean-Denis Barbet (Fédération Française de Squash)

Squash et cuisine. Depuis un peu plus d'un an, il arpente les villes du département de l'Essonne, mais aussi les tournois, comme la Fête du Squash jeudi soir. Passionné de squash et de cuisine, Philippe Gauchon – joueur de l'équipe de Wissous mais aussi membre de la Ligue Île-de-France – a quitté son poste d'ingénieur commercial pour lancer son food-truck, intitulé La Caisse Popote. Son créneau : utiliser des produit frais et locaux, et proposer de la vraie cuisine traditionnelle. On lui souhaite bonne route.

La Caisse Popote s'était arrêtée à la Fête du Squash jeudi soir

Formation. Coline Aumard est numéro 2 française et numéro 30 mondial, mais également agent de développement pour la Ligue Île-de-France. En marge de la Fête du Squash, elle animait un stand estampillé « Arbitrage » (elle est titulaire du diplôme 2ème degré). L'occasion, vidéos à l'appui, d'analyser quelques situations et d'expliquer des décisions pas toujours évidentes, même pour des joueurs qui disputent régulièrement des compétitions. « J'aime mes missions pour la Ligue, » nous confiait-elle. « Pour moi, c'est la possibilité de rendre au squash autant qu'il me donne. »

Pendant près de deux heures, Coline Aumard a tenté d'éclairer les joueurs amateurs sur les subtilités de l'arbitrage

Les Pyramides retrouvent le sommet. L'un des rendez-vous de la La Fête du Squash, c'est la rencontre de prestige pour déterminer le champion de Division 2 chez les hommes. Pourtant privés de ses 3 meilleurs joueurs (Marc Vaez, Ferdinand Conty et Adrien Escolan), dixit le capitaine Alexandre Rossignol, les Pyramides ont fait le boulot contre Montmartre, avec notamment une belle victoire d'Anthony Dowdeswell – invaincu cette année - contre le Néerlandais Christoph Winzer. Le club de Port-Marly ne sera donc resté qu'un an en D2, alors que Montmartre retrouve l'élite quatre ans après l'avoir quittée.

Les Pyramides ont battu Montmartre mais les deux équipes évolueront en D1 en 2017-2018 

Exhibition. Pendant ce temps, la traditionnelle rencontre des champions se déroulait sur les courts principaux. Pour l'anecdote, c'est l'alliance Jeu de Paume (hommes) / Squash 95 (femmes) qui s'est imposée contre PUC (hommes) / Chaville (femmes). Avec notamment un très joli match entre Quint Mandil et Arnaud Foissac, remporté par le premier cité à l'issue d'une belle bagarre.

Arnaud Foissac (à droite) a tenu la dragée haute à Quint Mandil

Success story. Cette défaite – totalement anecdotique – n'entache évidemment en rien la saison extraordinaire des pensionnaires du stade Charlety : vainqueurs du critérium au nez et à la barbe du Jeu de Paume et de Vincennes, mais aussi champions de France Nationale 3. Témoin de l'état d'esprit qui anime cette équipe du PUC : tous étaient présents jeudi soir au Stade Français pour recevoir le trophée, mais surtout pour passer un bon moment ensemble. Sébastien Marques ne s'est pas arrêté là puisqu'il a également emmené dans ses bagages celui de D2 interentreprises, qu'il a remporté avec Why Not Productions. Sa réussite ne se limite pas aux courts de squash : en clôture de la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, le Néo-Calédonien a reçu le prix Océans France Ô de meilleur scénario de court-métrage en provenance des Outre-mer. Il va maintenant se rendre sur son l'île d'origine cet été pour tourner L’Arbre et la pirogue, une histoire qui lui a été inspirée par la vision d’une antenne parabolique sur une case. Premier film tourné en langue régionale kanak, il raconte les déambulations de Iabe, un jeune kanak qui voit d'un mauvais œil l'arrivée progressive de la modernité au sein de sa tribu symbolisé par le premier poste de télévision installé dans la case du chef. Seule ombre au tableau : côté court, Sébastien a galéré avec les blessures cette saison. La faute en partie à son goût pour les marathons, et la fracture de fatigue qu'il a ramenée de celui de New York. Il suffit de tendre l'oreille dans la discussion pour comprendre que sa tendance à ne pas se ménager est l'objet de quelques « chambrages » bien choisis de la part de ses coéquipiers ...

 

En short ou en costard, le joueur du PUC Sébastien Marques est un habitué des podiums en cette année 2017 …

Barrages. La saison régulière du critérium s'était achevée le 5 mai. Depuis, plusieurs équipes sont passées par l'épreuve des barrages, aussi bien pour accéder à l'échelon supérieur que pour éviter une relégation. Tour d'horizon express.

D1-D2 hommes

Tout avait commencé le 16 mai avec l'affrontement entre les deuxièmes de D2 : en s'imposant 3-2 à Chaville, Verrières avait gagné le droit de rêver à un nouveau séjour en D1, après leur saison dans l'élite en 2015-2016. Le derby de l'Essonne contre les Ulis (10ème de D1) avait une saveur particulière puisque c'est dans ce club qu'évoluent deux de leurs anciens joueurs, Elies Lahouel et Driss Mazhar (même si ce dernier était absent le 30 mai). Malgré la victoire de Guillaume Mauroy contre Jean-Pierre Romain, Verrières s'incline 4-1. Un score pas forcément révélateur du déroulement de la rencontre puisque deux victoires ont été acquises par les Ulis en 5 jeux. Le capitaine Vincent Le Bret et ses camarades repartent donc pour une nouvelle saison en D1.

D2-D3 hommes

La victoire du Jeu de Paume 3 3-2 contre Sannois leur a permis de conserver leur place en D2. Les Val-d'Oisiens étaient ensuite opposés à PUC 5, sorti vainqueur de la poule des deuxièmes de D3 grâce à 3 victoires 3/2 contre Montreuil, Standard Athletic Club et Esam. Emmenés par le jeune Joshua Jacques Phinera, les Pucistes s'imposent 4-1 contre Sannois et montent en D2, en compagnie de l'équipe 4. Quelle saison pour les résidents du stade Charléty : outre l'équipe 1 en D1 qui tentera de défendre son titre, ils auront à priori 3 équipes en D2.

D3-D4 hommes

On va aller à l'essentiel : les quatre équipes ayant fini neuvièmes de leur poule - Les Ulis 3, Oxygène 3, Squash Avon 2 et Touristes 2 Saint-Cloud - ont conservé leur place D3 au détriment des équipes de D4. De nombreuses autres rencontres se sont disputées, mais elles concernent des repêchages si des places se libèrent et n'ont donc pas d'incidence immédiate.

Interentreprises

En battant PSA LG, Manutan monte en D1 et envoie du même coup son adversaire à l'étage inférieur. Autre accession, mais de la D3 vers la D2, pour Orange Saint-Cloud aux dépens d'AS BNPP 2.

 

PALMARÈS EN IMAGES

Remise des prix par François Prince (président de la Ligue Île-de-France) et Jean-Denis Barbet (président de la Fédération Française de Squash)

 

D1 hommes : PUC

D1 et D2 femmes : Squash 95

D2 hommes : Pyramides

D3 hommes : Les Bouvets (n'étaient pas présents)

D4 hommes : Cercle de l'Union interalliée 

D1 et D2 Interentreprises : Safran So Squash et Why Not Productions

D3 Interentreprises : Coseg Renardières 

 

RENDEZ-VOUS EN 2017-2018 !